« Le Made in Bangladesh plutôt que le made in France ! » Par mesure de sobriété énergétique, la Ville de Lyon a commandé 900 doudounes sans manches pour ses agents. Jusqu’ici tout est logique et part même d’un bon sentiment ! Sauf que cette commande n’a rien de vraiment écologique ! Ces doudounes sont fabriquées au Bangladesh. 450 ont été livrées ! Et depuis que la polémique a éclaté, le reste de la commande a été annulé…

Le maire, Gregory Doucet, n’a pas réagi officiellement. En revanche Audrey HENOCQUE, 1er adjointe à la mairie de Lyon a confié mardi 18 janvier : « Aucun fournisseur du marché en vigueur – datant de février 2019 – ne pouvait nous proposer des vestes fabriquées en Europe, correspondant à nos attentes et prix.


Si la ville avait commandé des doudounes « made in France », chaque pièce serait revenue à plus à 250 euros, contre 30 euros pour celles du Bangladesh. Nous nous heurtons donc à un principe de réalité (…) C’est dommage que les produits français ne soient pas plus encouragés par l’État »cette polémique montre la nécessité d’adapter les règles de la commande publique et la relocalisation de l’industrie textile ( ….) C’est encourageant de constater que cette situation interpelle. Le niveau de conscience progresse ! »

Une partie de cette commande du Bangladesh annulée, cependant…

Un an après son arrivée à la tête de la mairie de Lyon, l’exécutif écologiste avait adopté un nouveau Schéma de promotion des achats socialement et écologiquement responsables (Spaser). L’objectif était de tendre vers des achats plus écologiques lorsqu’il s’agit de commande publique. C’est réussi !

C’est le syndicat Sud Solidaires de la Ville de Lyon révèle qui a dévoilé l’affaire publiquement. Dans un communiqué, il indique : « Il y a un décalage entre le discours et les actes. Aujourd’hui malgré les grands principes, avec l’achat de ces doudounes, aucune garantie n’est apportée en termes de transition vers un modèle socialement et écologiquement respectueux de la planète et des ouvriers et ouvrières qui produisent des biens ». 

On n’a pas fini d’entendre parler de cette doudoune…

Réactualisé : La réponse de Tranquille Emile

La France est-elle encore capable de fabriquer des doudounes ? On se souvient de la vive polémique déclenchée par la mairie de Lyon qui a passé commande au Bangladesh pour équiper une partie de ses équipes… (Voir notre post de dimanche dernier)

La réponse est « oui ! » Et c’est Tranquille Emile, qui comble de l’ironie est situé à 15 petits kilomètres de la mairie de Lyon, qui n’a pas perdu une seconde pour bien communiquer sur les réseaux sociaux avec les éléments suivants :

« Depuis 2019, nous proposons la première et la seule doudoune #madeinFrance et certifiée Origine France GarantieGregory DoucetAudrey HENOCQUE, venez nous rencontrer ! Vélo, bus ou covoiturage, nous sommes à 15 kilomètres de Lyon !

Gilles ATTAF, Emmanuel DELEAU, Laurent Moisson, Nicolas Pigasse, Béatrice TETUKAU, Franck GLASER, Virginie SAKS

Une doudoune chez Tranquille Emile c’est :

🇫🇷 +96% de valeur prise en France

🙋‍♂️ +8 emplois dans la périphérie lyonnaise

🌎 -50% d’empreinte carbone par rapport à une production asiatique

Alors oui, faire le choix du #madeinFrance a un coût : celui de l’emploi, de l’humain et de la planète.

Le message est passé et bien passé !

#doudoune, #lyon, #tranquille Emile

Voir notre article : l’amande française à l’amende.

Gilles ATTAF, Laurent Moisson, Nicolas Pigasse, Emmanuel DELEAU, Virginie SAKS, Franck GLASER, Béatrice TETUKAU

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et actualités des Forces Françaises de l'Industrie.

Votre inscription à la newsletter est bien prise en compte